Bonne année 2018 !

Chers amis, à l’aube de la nouvelle année, nous ne saurions échapper à la tradition des vœux !
Alors, sincèrement, nous vous souhaitons le meilleur ; même si, année après année, ce que l’on se souhaite les uns aux autres n’est pas toujours ce qui arrive au long des jours…

En fait, le problème se trouve sûrement dans ce que l’on se souhaite, et dans ce que l’on néglige de se souhaiter : on veut bien la santé et la prospérité, mais on néglige le plus important : son âme et sa relation à Dieu ; alors que la clé se trouve là !

Alors… si en 2018, on se fixait de bonnes priorités ?
Et si on se souciait de son âme plus que de l’éphémère ?
Voilà qui donnerait du sens à nos jours et une perspective éternelle à nos vies !

Bonne année 2018 à chacun ! Que Dieu vous bénisse.

 

Réconciliation

« Si nous confessons nos péchés, il (Jésus) est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. » LA BIBLE – 1 Jean 1.9

Accuse-t-on la pluie de faire pousser les mauvaises herbes dans le jardin ? Non, la cause est simplement dans la nature des plantes ! Accuse-t-on la corde de crime parce que
quelques-uns s’en servent pour se pendre ? Non, c’est la faute à celui qui en fait un mauvais usage ! De même, accuserions-nous Dieu du mal que nous concevons dans notre
nature déréglée ? Accuserions-nous Dieu, qui nous donne la vie, d’être responsable du mauvais usage qu’on en fait ? La réponse est dans la fin des questions…

Appelons un chat, un chat ! En l’occurrence, ne cherchons pas de détour. Chacun doit se reconnaître responsable et coupable du mal qu’il fait… De plus, il faut saisir que tout péché est, essentiellement et avant tout, adressé à Dieu. C’est à dire contre sa justice, sa volonté, sa pureté morale. Quand le roi David demandait pardon, il disait franchement à Dieu (1) : J’ai péché contre toi seul, et j’ai fait le mal à tes yeux

La Bible dit que le péché que l’on commet nous sépare de Dieu et constitue une rébellion contre lui (2). Mais elle dit aussi que nous pouvons entrer en réconciliation ! Si nous lui
avouons nos fautes en nous adressant à Jésus, qui les a acquittées sur la croix, il est fidèle et juste pour nous les pardonner et nous purifier de toute injustice.

Dominique MOREAU (avec permission)

(1) Psaume 51.6      (2) Ésaïe 59.2