Mon prochain

Mon prochain

Exhortation Joël Lhermenault

21 juillet 18

Les pharisiens ont demandé : Quel est le premier commandement ?

Marc 12.28-34 « En ce temps-là, un scribe s’avança pour demander à Jésus : « Quel est le premier de tous les commandements  ? » Jésus lui fit cette réponse : « Voici le premier : ‘Écoute, Israël : le Seigneur, notre Dieu, est l’unique Seigneur. Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force.’ Et voici le second : ‘Tu aimeras ton prochain comme toi-même.’ Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là. »

Aimer son prochain.

Qui est donc ce prochain que je dois aimer comme moi même !

Luc 10 29-37
29Mais l’enseignant de la Loi, voulant se donner raison, reprit : Oui, mais qui donc est mon prochain ?30 En réponse, Jésus lui dit : Il y avait un homme qui descendait de Jérusalem à Jéricho, quand il fut attaqué par des brigands. Ils lui arrachèrent ses vêtements, le rouèrent de coups et s’en allèrent, le laissant à moitié mort. 31 Or il se trouva qu’un prêtre descendait par le même chemin. Il vit le blessé et, s’en écartant, poursuivit sa route. 32 De même aussi un lévite arriva au même endroit, le vit, et, s’en écartant, poursuivit sa route. 33 Mais un Samaritain qui passait par là arriva près de cet homme. En le voyant, il fut pris de compassion. 34 Il s’approcha de lui, soigna ses plaies avec de l’huile et du vin, et les recouvrit de pansements. Puis, le chargeant sur sa propre mule, il l’emmena dans une auberge où il le soigna de son mieux. 35 Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, les remit à l’aubergiste et lui dit : «Prends soin de cet homme, et tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rembourserai moi-même quand je repasserai.»36 Et Jésus ajouta : A ton avis, lequel des trois s’est montré le prochain de l’homme qui avait été victime des brigands ?37 – C’est celui qui a eu compassion de lui, lui répondit l’enseignant de la Loi.– Eh bien, va, et agis de même, lui dit Jésus. 

Qui est mon prochain ?
Celui qui a été bon pour l’autre

Il y a 1001 réponses possibles. Le prochain, ça peut être celui qui est proche : ami, famille, religion, mais cela est réducteur. Une définition restreint.
On se retranche derrière pour se mettre à l’abri. Elle tend à exclure ou enfermer. Le maître de la loi attend une définition, Jésus n’en donne pas ! Au lieu de cela, il raconte une histoire dans un lieu précis, et parle de gens bien déterminés. Il raconte un vrai fait divers. Pas juste une histoire, quelque chose de possible pour ceux qui l’interroge.
On l’appelle la parabole du bon samaritain, mais elle ne commence pas par lui. Elle commence par le voyageur. Et nous sommes contraints de rentrer dans l’histoire.

Pas de définition, mais des remarques
Le miroir
Il y a, contenu dans l’idée de prochain, le sens de miroir. De quelque chose qui se reflète : l’un et l’autre – les uns et les autres.
Le prochain, c’est l’autre en face de moi. Dans cette histoire, chacun voit l’homme blessé et l’homme blessé sans doute voit également ceux qui passent.
Cet homme est leur prochain, pourtant ils n’agissent pas comme tel. Le miroir est brisé.

L’action
Chacun est caractéristique, nous l’avons dit. Aujourd’hui cela pourrait être  : le pompier qui ne s’arrête pas, le médecin qui passe sa route, le hooligan qui reste et soigne.

Le prochain ne se choisit pas.
Aucun des intervenants ne choisit. Simplement, le samaritain lui a réagit. 
L’église est ainsi, elle ne peut pas choisir, elle doit seulement s’organiser pour agir, ne pas laisser faire. Jésus ne définit pas le prochain car le prochain n’existe pas. Il y a  juste des situations. 
La question est donc : qui s’est montré comme mon prochain ? C’est celui qui a une action concrète pour son prochain.

Jésus a choisi une situation d’urgence, mais il n’est pas nécessaire d’attendre une telle situation. N’attendons pas que les gens meurent ou que nous soyons au fond du ravin.

Au final
Comment distingue-t-on le jour de la nuit ? Lorsque en regardant un visage tu reconnais ton frère ou ta sœur. Jusqu’à ce moment-là, il fait nuit dans ton cœur.

[well][/well]