Repenser son âme

« Oui, c’est en Dieu que mon âme se confie ; de lui vient mon salut. » LA BIBLE – Psaume 62.1

L’âme est la part invisible de notre être dont on néglige souvent l’importance. Pourtant, elle fait notre singularité. Elle est notre identité, notre unicité dont Dieu connait tout.

Notre âme est la source des sentiments, des émotions, des envies et des décisions. Elle porte la responsabilité du meilleur et du pire de notre être. Sombre ou lumineuse, elle se teinte de tristesse ou de joie, de haine ou d’amour… Elle incarne en l’homme une valeur plus élevée que l’existence même, plus noble que son aspect. Marquée de l’image de Dieu, notre âme possède une dimension supérieure qui s’exprime par la pensée de l’éternité, la recherche du beau, la conscience du bien.

Ne pas se soucier de l’âme, et de ce tout qui en découle, appauvrit notre humanité. C’est se déshumaniser en quelque sorte ; c’est s’opposer à notre dignité originelle insufflée par Dieu(1). Apprenons à entendre ce qui intéresse notre âme, ce qui la purifie et la réconcilie avec Dieu. Ne l’abandonnons pas dans des choses mauvaises ou vaines… François-René de Chateaubriand écrivait(2) : « Les biens de la terre, loin de combler nos souhaits, ne font que creuser l’âme et en augmenter le vide... »

Repensons notre âme. Que sa santé nous soit sensible.                                                       Confions-la à Dieu qui lui veut du bien…

Dominique MOREAU (avec permission)

(1) Genèse 2.7     (2) Génie du Christianisme, livre 6-1